Actualités / Ode à l'irresponsabilité

Publié le par yal

Actualités / Ode à l'irresponsabilité

 

À l'heure où la plupart d'entre-nous avons posé le cadeau au pied du sapin, les éditions de Dahouët ( en v'là une petite maison d'édition qu'elle est chouette ) ont accumulé tant de pages imprimées qu'elles en sont arrivées à devoir mettre le sapin au pied du cadeau !
Marché de Noël aux écuries du haras national de Lamballe, deuxième service ce week-end. Évènement je vous le rappelle organisé par des gens souffrant d'une nouvelle pathologie rare : le discernement.
J'en profite pour faire la promotion de ma belle-mère, qui vit de la jolie profession de vannière et qui elle aussi y propose son travail ( écurie n°6 ). Comme la communication et les mystères du Web ne font pas partie de sa culture, je me permets de faire un peu sa promotion ici. Alors oui, comme ça à première vue on se fait une idée préconçue de la vannerie, mais à y regarder de plus près on s'apercevra de la rareté de ces objets réalisés avec dix doigts, tant ses formes n'étant jamais standard et son tressage difficile comparé à celui d'un panier commun. Moi je ne vous dis rien, mais parcourez le monde et vous verrez que ce n'est pas sous le sabot d'un cheval que vous trouverez artisanat pareil. Rareté d'autant plus importante, que vous savez comme moi qu'en 2040, les métiers les plus en vogue seront plutôt ceux de gens "responsables" comme coach, policier, philosophe ou influenceuse ( parfois même les 4 en même temps ). Bien sûr, ces gens-là auront toujours leurs dix doigts, qui serviront à des actes essentiels comme celui de se les passer dans les cheveux par exemple.
Ces métiers d'artisanat (un peu irresponsables car ayant besoin d'évènement public pour exister), comme ceux du spectacle, sont des activités pratiquées par des gens qui ont accepté de perdre entre 50 et 90% de leurs rentrées financières par solidarité pour la santé publique. C'est vous dire leur sens des responsabilités
Je m'adresse donc à cette toute nouvelle race d'être humain arrivée dans le sillage d'une pandémie, j'ai nommé ceux qui se targuent d'être "responsables", qui ne cessent de louer cette compassion qui les habitent quand ils pensent à la santé de leur prochain. Le hasard fait que ce sont des gens à qui cette crise sanitaire n'a pas couté un rond, mais ce n'est bien sûr qu'une pure coincidence .
À les entendre ils sont près à tous les sacrifices. Je les invite donc eux aussi, à se séparer durant 9 mois des deux-tiers de leurs rentrées financières, prouvant ainsi que leur compassion exemplaire n'est pas un vain mot. Je ne leur demande pas de l'imaginer, mais de s'en séparer concrètement à la source, comme cagnotte reversée à ces personnes endeuillées qui vous touchent tant, ou encore comme financement de nouveaux lits d'hôpitaux par exemple.
Je suis curieux de voir comment ça se passera à la perte de votre premier millier d'euros, au deuxième millier il est possible que la grandeur de votre compassion devienne un peu floue, au troisième millier d'euro, il est même possible que vous alliez chercher quelques informations sanitaires par vous-mêmes !
Je m'interroge de savoir chez nos amis journalistes, fidèles colporteurs des discours de santé publique, à partir de quel montant offert leurs titres aux lettres épaisses comme des entrecôtes se transformeront-ils en entrefilet ?
Alors chers "responsables", quand vous souhaiterez communiquer sur la grandeur de votre compassion, ayez une pensée pour le sacrifice de ces corps de métiers, constatant ainsi qu'en matière de responsabilité vous êtes quand même plutôt "petits bras "comparé à leur acceptation, alors nous aurons peut-être droit au silence de votre humilité ?
C'est également valable pour les fois où vous pointerez du doigt la paille dans l'oeil des "irresponsables", vous êtes invités à voir dans votre propre globe oculaire nager la grosse poutre de votre démagogie 😉
Sans compter qu'en vous aidant à extraire de votre oeil toutes ces poutres inutilisées, on pourra les débiter pour en faire des planchers de scènes de théâtre, et de tout cette matière première nous pourrons même fabriquer quantité de petites oeuvres artisanales en bois. Avec les copeaux restants on pourra même chauffer tous nos nouveaux chômeurs en hiver ! Elle est pas belle la vie ?
PS: Ma propre démagogie, consistant à laisser des chats pénétrer dans un panier, est elle parfaitement assumée, je tiens à le préciser.
Actualités / Ode à l'irresponsabilité
Actualités / Ode à l'irresponsabilité
Actualités / Ode à l'irresponsabilité
Actualités / Ode à l'irresponsabilité
Actualités / Ode à l'irresponsabilité
Actualités / Ode à l'irresponsabilité
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
très beau texte !<br /> Très juste.<br /> Aujourd'hui, le discernement semble être suspect. Comme celui de lire, de dessiner, de jouer la comédie, etc...<br /> Manifester pour être augmenté de 5 sous par coup de matraque, le droit au floutage en même que la volonté de filmer n'importe qui (vous avez rein à vous reprocher ? Alors pourquoi refuser d'être observé ?), Les bien pensant, véritable fléau cautionnant tout ça, jugeant les uns trop fainéants, les autres trop jeunes, et les derniers, trop basanés, trop femmes, trop tout...<br /> <br /> Les mêmes qui réclament le droit de consommer tout en fermant son clapet.. Le désir ne pas exister autrement et de voir fracasser ceux qui essayent.<br /> <br /> "Fraternité", le mot le plus important des frontons car il regroupe les deux autres et bien le plus dévoyé.
Répondre